The Dead Mauriacs à Ausklangfestival

French Dead Mauriacs will perform at Hoerbar in Hamburg Thursday December 20th within Ausklangfestival 2017 with Zoviet-France and other curiosities. Very looking forward discovering live their Exotica-Meets-Concrete-Music that I’ve been listening too a lot in the recent months. A text I wrote about them, back in May, for the St.Gallen Imaginary musics event :

“In the garden of sighs, there’s only one stairs”, “Cocktails for the end of times”, “New exotic functions”, “Saturnalia” … With record titles written as in an imaginary library index, Olivier Prieur’s Dead Mauriacs have been exploring since 2009 the crossed spaces between music, literature and visual art, composing music as if it was a collage, and drawing as if it was a musical composition, with certain works dedicated to Jean Arp or Houdini. “The Golden Age of Artificial Inflatable Islands Or Ecstatic Free Love in a Ballardian Dystopia” is one of the multiple records of this secret formation, a sold out box-set of exotic concrete music accompanied by a fiction, setting the action of the record on an inflatable and motorized artificial island, where italian musicians meet GRM members.”

Listen to “The Golden Age of Artificial Inflatable Islands” | Website | Bandcamp | Discogs

Last album :Beauté des mirages(Face A : Chalet polynésien à pignon pour séjour-club – Face B : Résidence aztéque à colonnades (avec vue sur l’océan)), Discrepant, 2017 | Flyer by Olivier Prieur, The Dead Mauriacs


À la bibliothèque

Dans les taillis de la Bibliothèque Nationale de la République Argentine, Buenos Aires, photo par Marcelo Huici, courtesy BNMM | Capítulo de las sombras (“Chapitre des ombres”), exposition jusqu’au 23 décembre 2017 à la BNMM | Jorge Luis Borges sur le jardin et la bibliothèque


Silhouettes

Siluetas, le troisième chapitre des Ombres de Buenos Aires sort aujourd’hui sur les silhouettes et la collection de Willy Campion, en complément de l’expositionCapítulo de las sombras” à la Bibliothèque Nationale de la République Argentine, présentée jusqu’au 23 décembre. Prochaine et ultime sortie, “Quiet motors”, le 21 décembre ! | Les chapitres précédents | Facebook de Collection Morel


Ciudad

La vidéo Ciudad, de la série desOmbres de Buenos Aires est en ligne ! Prochaines sorties : “Siluetas”, le jeudi 14 décembre et “Quiet motors” le 21 décembre.


“Le Mal”, ennemi en embuscade

“(…) le mal n’est pas un mystère, si on nomme mystère “une réalité d’une telle intensité que, à mesure qu’il s’y engage, l’esprit ne parvient pas à la circonscrire”. Dieu est un mystère, ou l’univers, ou la vie, ou l’amour – mais il n’y à pas de mystère du mal, “pour la bonne raison que celui-ci n’a pas d’essence, aucune densité: à titre de vide, de corrosion, il est un “rien”.”

“(…) la lézarde qu’il laisse voir au sein du bien, la présence de l’échec au sein du projet, de la rupture au sein de l’amour, de la malveillance au sein de la bonté, de l’orgueil lové dans l’humilité, du mensonge au creux de la confiance, de l’offense au milieu du respect”

“Si l’homme est fasciné par le mal, c’est qu’il perçoit confusément qu’en le commettant il serait “enfin” la cause première de “quelque chose”. Le voilà enfin au niveau de Dieu.”

Robert Maggiori,Le Mal – Ennemi en embuscade sur “Le mal” de François-Xavier Putallaz, Éditions du Cerf in Libération du jeudi 23 novembre 2017.

Également : The Chap, “I am the emotion”, démo, 2017 ; Evan Crankshaw, “Papillon”, ongoing movie project, still on works, 2017 | Peinture d’illustration : Iveta Plna (voirLa visite de l’ombre, Studio Walter, 2015).


Somos plenamente libres

“(…) l’exercice de l’autonomie active de ces femmes, en tant que sujets de réflexion et de création, vers la pleine liberté” (José Jimenez, professeur d’Esthétique et Théorie des Arts à l’Université Autonome de Madrid, commissaire de l’exposition) / (“Pour elles, le surréalisme était la manière de prendre conscience de leur être, d’explorer leurs pensées et sentiments les plus profonds et de construire leur identité, en reflétant les expériences passées et présentes, les peurs, les espoirs et les désirs“) : exposition Somos plenamente libres. Las mujeres artistas y el surrealismo, du 10 octobre 2017 au 28 janvier 2018 au Musée Picasso de Málaga.


4 chapitres / Ombres de Buenos Aires

Du 30 novembre au 21 décembre 2017, je sors sur Collection Morel quatre vidéos tournées sur les ombres de Buenos Aires lors de mon séjour là-bas pour le vernissage de l’installationChapitre des ombres exposée jusqu’au 23 décembre à la Bibliothèque Nationale. Ce jour est sorti, Recoleta, une vidéo filmée au cimetière historique, avec la musique de Novia 391 (Pierre Bastien et Eduard Atalba). La prochaine sortie, “Ciudad”, sera en ligne le jeudi 7 décembre | La série de vidéos | L’exposition et interview dans La Nacion | Facebook de Collection Morel


Dans la ville de Tigre

Fragment de la vidéo Machinerie Morel (36 mn, 2014), réalisée pour l’exposition manifeste de Collection Morel à Bruxelles, en préparation de voyage pour Buenos Aires et Porto Alegre. J’espère pouvoir aller au Musée d’art de Tigre ! | Chapitre des ombres, exposition de Collection Morel du 11 novembre au 23 décembre 2017, Bibliothèque Nationale de la République Argentine, Buenos Aires. Vernissage le vendredi 10 novembre à 19h, présentation de l’installation le lundi 13 novembre à 11h.


Studio Walter Automne

 
“L’ombre de Marcel Duchamp”, Marie-Pierre Bonniol pour Collection Morel, 2017

Nouvelles d’automne de l’atelier, avec une exposition de Collection Morel à Buenos Aires à la Bibliothèque Nationale de la République argentine du 11 novembre au 23 décembre 2017 et le retour du Festival BBmix avec Arnold Dreyblatt, James Holden et La Monte Young Tribute du 24 au 26 novembre à Boulogne-Billancourt, et d’autres dates annoncées.

 

CHAPITRES DES OMBRES

Du 11 novembre au 23 décembre 2017, je présenterai Plaza del Lector à la Bibliothèque Nationale de la République argentine à Buenos Aires l’installation “Chapitre des ombres” (“Capítulo de las sombras”), suite de l’exposition des Machines célibataires de Collection Morel qui a eu lieu à Nantes au Lieu unique en 2016. J’y présenterai une vidéo inédite, “Somos máquinas solteras” (“Nous sommes des machines célibataires”), réalisée avec Pierre Bastien, ainsi qu’un livre d’exposition autour des ombres, fantômes et esprits qui habitent pour moi le sujet, dont ceux de Marcel Duchamp, Norah Borges et Enrique Vila-Matas, avec la complicité d’Eduardo Berti. Exposition sur une invitation d’Alberto Manguel, vernissage le vendredi 10 novembre à 19h.

Informations en espagnol | Informations en français | Collection Morel

 


Extraits de bleu à l’Espace d’en bas, photo Jean-Louis Chapuis, 2017

 

EXTRAITS DE BLEU

Les photos d’Extraits de bleu, prises le 8 septembre 2017 lors de la soirée rue bleue à l’Espace d’en bas sont en ligne ! Le déroulé de la soirée peut également être téléchargé ici.

Extraits de bleu sur le site de Collection Morel

 

FESTIVAL BBMIX

La prochaine édition du Festival BBmix que je programme depuis 2005 aura lieu du 24 au 26 novembre 2017 au Carré Belle-Feuille à Boulogne-Billancourt avec Arnold Dreyblatt, Prescott, Borja Flames, Tribute to La Monte Young (Sonic Boom, Etienne Jaumet et Céline Wadier), Colleen, Accident du Travail, James Holden & The Animal Spirit, Groupshow (Jan Jelinek, Hanno Leichtmann, Andrew Pekler), Paalma, la diffusion d’“Eliane Radigue, l’écoute virtuose” d’Anaïs Prosaïc et le label Un je-ne-sais-quoi en DJ set.

La playlist 2017 sur Youtube | Billetterie | Le site du festival

 

EN TOURNÉE ET EN PRODUCTION

En tournée avec Julie Tippex cet hiver : Lee Ranaldo, Radian, Zombie-Zombie, Richard Youngs, DälekPierre Bastien jouera pour sa part au Brésil, en Argentine, en Italie et en Allemagne en novembre et décembre.

Également annoncé : Saravah revisité le samedi 13 janvier au Lieu unique à Nantes, avec The Recyclers, Areski Belkacem, Arlt, Borja Flames, Marion Cousin, projet que j’ai initié et qui est co-produit par Julie Tippex.

Toutes les dates de concerts de Julie Tippex | Tous les concerts de Pierre Bastien        

Bon automne !

 


“Walter Geist”, Marie-Pierre Bonniol pour Studio Walter, 2017

Archives des newsletters


Machines célibataires / Littérature portative

“Écoute, maintenant je me souviens. Je pense que tout a commencé – je veux dire ma nouvelle – lors d’un voyage à Paris vers 1983. Je suis allé voir une exposition sur les machines célibataires de la littérature au Grand Palais. Je me souviens que le titre de l’exposition m’ a beaucoup intrigué. J’ai été plus tard surpris par ce que j’ y ai vu. J’admirais Raymond Roussel et ses machines, et voir certaines d’entre elles reproduites dans l’exposition, à côté des machines de Kafka ou de Duchamp, m’ a marqué. Et, bien que je ne comprenais pas exactement ce que c’était, j’aimais aussi le concept de femme fatale et, si la mémoire ne me trahit pas, dans cette exposition, il y avait plus d’une machine qui fonctionnait comme telle, comme une femme fatale. Tout cela a créé en moi une atmosphère créative autour de l’idée littéraire des machines célibataires et j’ai fini par faire un article sur le sujet, un article un peu fou que j’ai publié dans La Vanguardia, dont j’ai souvent collaboré aux pages culturelles, sous la tutelle d’Ana Basualdo. Par la suite, je me suis rendu à Majorque et j’ai acheté un livre d’un érudit local – bien qu’il soit aussi universel, malgré le fait qu’il soit injustement peu connu -, Cristóbal Serra. C’était un livre d’aphorismes. Et l’un d’entre eux était une réflexion sur les avantages de la brièveté. J’ai emmené le livre de Serra dans tous les bars de Majorque. Et dans l’un de ces bars, après quatre verres, il m’est venu à l’esprit que mon article, déjà publié dans La Vanguardia, aurait pu s’appeler Brève histoire de la littérature mobile, et je l’ai écrit dans les pages du livre de Serra (je garde encore ces gribouillis écrits sur le bar d’un horrible bar de Palma, déjà disparu, appelé La Polilla).  Quelques heures plus tard, j’ai changé le titre, qui est resté dans L’histoire abrégée de la littérature portative. Je l’ai modifié – je me souviens – sur une terrasse au soleil, très loin de La Polilla. Et tout près de Sterne.” – Enrique Vila-Matas, “Version dissidente de l’histoire abrégée de la littérature portative” | Lire en espagnol sur le site d’Enrique Vila-Matas | Ayudante de Vilnius


moncler outlet uk,christian louboutin sale,ralph lauren outlet,louis vuitton outlet,michael kors bags uk,ralph lauren outlet,cheap ralph lauren,christian louboutin outlet,cheap louis vuitton,ralph lauren outlet online
cheap christian louboutin,wedding dresses online,ralph lauren online shop,louis vuitton sale,michael kors outlet,ralph lauren sale,christian louboutin online,wedding dresses online uk,ralph lauren pas cher